N20

C’était Juillet-la-Belle
Et les vaches pâturaient
Au bord de l’eau ombragée

C’était France-la-Creuse
Et Marine murmurait
En lessivant le linge usagé

C’était Juillet-la-Lente
Et moi-même s’effaçait
En remplissant les mots-croisés 

C’était France-la-Fursac
Et le bar-tabac vivotait
Assommé entre la rivière et l’église

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s