La Pâques à Pontoise

J’aide, quand tu portes tes longues robes blanches,
J’aide, quand tu portes tes collants de couleur orange,
J’aide, quand ton sac à dos rouge est tout en petitesse,
J’aide, quand tu portes tes chaussures de clownesse,

J’aide aussi pour nettoyer le Tupperware et la cuillère,
Quand tu as préparé des graines de semoule de blé,
Avec une boîte de sardines qui dégoulinait d’huile,
À Vaux-le-Cernay en regardant le couchant sur les ruines.

J’aide, quand tes bras me font dormir dans une église à Trieste,
J’aide, quand tu acceptes ma demande en fiançailles aux vignes,
J’aide quand tu mûris un enfant dans l’avenir d’une simplicité divine,
J’aide, quand tu pleures comme tu as peur que je succombe à la folie divine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s