Rue de Venise

Dieu est un monstre qui relie tout dans sa conscience tentaculaire
Et le carrelage bleu clair et l’appel de Luca et le soleil de l’hiver
Et le lion qui pourrait être là en forme de peluche sur le séchoir
Entre la plante grasse sur l’appuie-fenêtre et les trois tomates.
Mais il n’est pas là c’était une image que je trouvais nécéssaire,
Parmi  tant de voluptés et de minauderies appartementales
D’un Luxembourgeois littéraire dont on emprunte la sédentarité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s