Préface à un portrait intérieur

15934096_10209017728933443_1939120656_o.jpg

Compagne rythmique, esquisse de paupière, criée de silence :
J’ai recueilli trois naines assises,
Leurs mains faciles étaient immenses,
Elles picoraient le ciel tel d’insoucieuses verveines insoumises.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s